Texte à méditer :   Loué sois-tu mon Seigneur, avec toutes tes créatures !   saint François d'Assise
 
Vous êtes ici :   Accueil » Angèle de Merici, ste, 1474-1540
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Les Franciscains de France Belgique vous souhaitent la bienvenue !
Calendrier
Frères
Maisons
 ↑  
Services
 ↑  
Encyclopédie
Visites

 951384 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

Sainte Angèle Merici (1474-1540)

Vierge du Tiers-Ordre de saint François, fondatrice de la Congrégation des Ursulines

Angèle Mérici naquit à Desenzano, sur le lac de Garde (Italie), de parents, profondément chrétiens. Dès l’âge de 9 ans, elle voua sa virginité au Seigneur. Elle perdit son père vers l'âge de treize ans ; sa mère mourut deux ans plus tard. Un oncle nommé Barthélémy la prit chez lui et favorisa ses pratiques de dévotion. Six ans plus tard, elle perdit tour à tour une sœur très chère, puis son oncle. S’étant dépouillée de tous ses biens, à vingt-deux ans, elle s’engagea dans le Tiers-Ordre de saint François d'Assise, et se mit à visiter les familles pauvres. En 1506, elle eut une vision où elle entendit une voix disant : « Dieu t'a ménagé cette vision pour te révéler qu'avant de mourir tu fonderas, à Brescia, une société de vierges. » La réputation de sainteté d'Angèle Mérici s'était répandue jusque dans la ville de Brescia où elle se fixa désormais, en 1516. Chaque jour, on la voyait en compagnie d’une douzaine de jeunes filles de son âge, rassembler les fillettes et leur enseigner la doctrine chrétienne, visiter les pauvres et les malades, instruire les grandes personnes qui venaient, en foule, écouter leurs conférences, rechercher les pécheurs jusque dans leur lieu de travail.

Durant un pèlerinage à Jérusalem avec un groupe de pèlerins, elle devint subitement aveugle, dans la ville de Candie (Crète), mais elle retrouva la vue, à son retour, exactement au même endroit, elle y vit un signe de l’appel de Dieu. Le pape Clément VII, instruit des vertus de sainte Angèle, l’encouragea dans ses projets. Se souvenant de la merveilleuse vision qu’elle avait eue dans sa jeunesse, elle réunit douze jeunes filles qui désiraient tendre à la vie parfaite. Elle leur proposa de mener une vie retirée dans leurs demeures et les rassemblaient fréquemment pour les former à la pratique des vertus chrétiennes. En 1533, ce noviciat achevé, Angèle leur révéla son plan, leur démontrant que l'ignorance religieuse était la cause des ravages exercés par le protestantisme et que la fondation d'une société de religieuses d'une forme nouvelle pour l'époque, unissant la vie contemplative à l'instruction des enfants, serait un remède efficace à l'abandon de la foi qui détournait des jeunes de l'Église. Pour être à la portée de tous, la fondatrice imagina un Institut religieux sans clôture. Ses soeurs parcouraient les prisons et les hôpitaux, recherchaient les pauvres pour les instruire et les nourrir. Le 25 novembre 1535, à Brescia, les premières religieuses du nouvel institut prononcèrent les trois vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, y ajoutant celui de se consacrer exclusivement à l'enseignement. Angèle Mérici plaça sa congrégation sous le patronage de sainte Ursule, d’où le nom d’Ursulines que portent encore ses sœurs. Ses dernières années furent marquées par de fréquentes extases. Angèle Mérici mourut le 24 janvier 1540. Pendant trois nuits, toute la ville de Brescia contempla une lumière extraordinaire au-dessus de la chapelle où reposait le corps de la sainte, qui s'est conservé intact de toute corruption. Le pape Pie VII l'a canonisée en 1807.


Date de création : 24/01/2017 @ 09:52
Catégorie : Encyclopédie - Personnes-A-B
Page lue 2101 fois


Accès Intranet

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 24 membres
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
43 Abonnés
Nous aider ?

Différentes possibilités s’offrent à vous  pour soutenir et aider la vie et la mission des frères :

- tout d’abord le soutien fraternel auprès des frères et de nos communautés,
- l’accompagnement dans la prière, en vous joignant aux offices des frères  célébrés dans leur chapelle ou oratoire
- la participation aux activités proposées par les communautés,
- la proximité avec la spiritualité franciscaine…

Il est également possible d’aider financièrement la Province Franciscaine du bienheureux Jean Duns Scot, 7 rue Marie Rose, 75014 Paris

Pour cela 2 propositions :

- aider les activités missionnaires, ainsi que les religieux âgés pour leur permettre de vivre paisiblement le temps de la retraite, en versant vos dons à Franciscains-Solidarité et Services

- aider les activités humanitaires des frères, ici et en pays de mission, en versant votre offrande à Fondation François d'Assise.